Category Archives: ACTU DEUX

«Selon le RESEN, 70% des dépenses de l’éducation sont à charge des ménages»

Le financement de l’éducation est un sérieux problème en République démocratique du Congo. L’Etat s’étant montré défaillant dans le secteur, plus de 70% des dépenses de l’éducation sont à charge des ménages congolais, ont démontré des études menées dans le cadre du RESN 2014 (Rapport sur l’état du système éducatif congolais publié par la Banque mondiale).

Lancement de la campagne et publication de la note de plaidoyer : « Abolir les frais de scolarité dans l’éducation de base c’est investir pour l’avenir »

Œuvrant dans l’approche droit et conscient que le droit à l’éducation de base est un des droits humains fondamentale, la CONEPT/RDC a lancé, sa campagne sur le thème :

La grande poussée pour un contrôle citoyen va bientôt commencer:

La Coalition nationale de l’éducation pour tous (CONEPT) veut sensibiliser les communautés locales dans le contrôle citoyen dans le but de les aider à faire convenablement le suivi des politiques éducatives

Pour une école protectrice des droits de l’enfant en République Démocratique du Congo

Pour une école protectrice des droits de l’enfant est un rapport précieux préparé entre la Coalition Nationale de l’Education Pour Tous en République Démocratique du Congo « CONEPT-RDC » et ACtionAid DRC dans le cadre de la promotion des droits à l’école.Promoting Right in School.

Conférence pré mondial du forum de l’éducation.La société civile de l’éducation jette les jalons pour le post 2015

Du 18 au 22 mai 2015, se tiendra dans la ville d’INCHEON en Corée du Sud, le Forum Mondiale sur l’éducation, forum au cour duquel le monde établira de nouveaux cadres pour l’éducation et plus généralement pour le développement durable. Ces cadres contribueront à donner le ton et à déterminer les priorités des politiques et des mesures gouvernementales entre aujourd’hui et 2030.Pendant que les gouvernements préparent cette nouvelle série d’engagement, la société civile doit absolument donner son avis sur le contenu de ces promesses en s’assurant qu’elles reflètent les droits, les besoins et les priorités des citoyens. C’est à cet effet que la Coalition Nationale de l’Education Pour Tous en RDC avec l’appui de l’Open Society for Southern Africa a tenu une conférence pré-forum mondial de l’éducation dans la salle de réunion de l’OSISA avec les acteurs de la société civile du secteur de l’éducation le lundi 11 mai 2015, afin que celle-ci, qui sera représentée par la CONEPT à ce forum puissent y apporter ses contributions pour une participation riche en plaidoyer de la société civile à ce forum.

Assurer une éducation de qualité équitable et inclusive et un apprentissage tout au long de la vie pour tous d’ici à 2030, l’accès et l’apprentissage équitable notamment des filles et des femmes, l’éducation inclusive, l’éducation de qualité, l’apprentissage tout au long de la vie, voici  les thèmes qui seront abordé tout au long de ce forum mondiale d’Incheon à laquelle la Coalition Nationale de l’Education Pour Tous en RDC « CONEPT/RDC » représentera la société civile du secteur de l’éducation. L’objectif de la tenu de ce forum qui se tient 15 ans après le forum de Dakar, est d’Assurer une éducation et un apprentissage tout au long de la vie équitable, inclusifs et de qualité pour tous d’ici à 2030.

Le coordonnateur national de la CONEPT Jacques Tshimbalanga

Dans son intervention lors de cette conférence , le coordonnateur nationale de la CONEPT/RDC Jaques Tshimbalanga a indiqué que par cet objectif les Etats réaffirment que l’agenda pour l’éducation post-2015 devrait se fonder sur les droits et refléter une perspective reposant sur l’équité et l’inclusion, en veillant en particulier à l’égalité des genres et à assumer toutes formes de discriminations dans et par l’éducation ,de favoriser l’éducation de base gratuite et obligatoire, d’ élargir la conception de l’accès pour tous afin de refléter des résultats d’apprentissages pertinents par le biais d’une éducation de qualité à tous les niveaux de l’éducation ,de la petite enfance à l’enseignement supérieur, dans des environnements surs et sains en adoptant une approche holistique.

En outre, a indiqué le coordonnateur nationale de la CONEPT/RDC monsieur Jacques Tshimbalanga ,  les Etats sont favorables à ce que l’objectif ci haut précité se traduise par 7 cibles mondiales ci après, qui doivent toutefois être affinées en tenant compte des préoccupations exprimées par différents groupes au cours de cette réunion mondiale sur l’EPT et doivent en conséquence être révisée par le Comité Directeur  avant la fin du mois de mai. Ces cibles sont les suivantes :

Cible 1 : d’ici à 2030, porter à x % au moins le pourcentage d’enfants qui ont accès à l’éducation et à la protection de la petite enfance (EPPE) et qui commencent l’enseignement primaire « prêts à apprendre ». Cible 2 : d’ici à 2030, tous les enfants suivent jusqu’à son terme un cycle d’éducation de base de qualité gratuit et obligatoire de 10 années au moins et obtiennent des acquis suffisants. ;Cible 3 : d’ici à 2030, porter à x % au moins le pourcentage d’adultes qui atteignent un niveau suffisant de compétences en alphabétisme et en calcul pour participer pleinement à la vie en société ;Cible 4 : d’ici à 2030, porter à au moins x % et y % respectivement le pourcentage de jeunes et d’adultes ayant les connaissances, les aptitudes et les compétences nécessaires pour accéder à un travail décent ;Cible 5 : d’ici à 2030, tous les apprenants acquièrent les connaissances, aptitudes, valeurs et attitudes nécessaires à la citoyenneté mondiale et au développement durable ;Cible 6 : d’ici à 2030, tous les gouvernements garantissent la mise à disposition d’un nombre suffisant d’enseignants qualifiés ;Cible 7 : d’ici à 2030, tous les pays progressent sur la voie de l’allocation à l’éducation de (4 à 6 %) de leur produit intérieur brut (PIB) et de (15 à 20 %) de leurs dépenses publiques.

La contribution de la société civile de l’éducation

Présente à cette rencontre dans la salle de réunion de l’OSISA, la société civile du secteur de l’éducation pour qui cette pré -conférence forum mondial était destinée,  dont les Syndicats des enseignants, les Associations des Parents d’élèves des écoles conventionnées et officielles, les ONGs de défense de droits de l’enfant et de l’éducation sont intervenue pour apporter leur contribution   au forum de Incheon. Elle en outre saisi cette occasion  pour évaluer la période éducationnelle allant de 2000 à  2015, de faire des projections des priorités post 2015 ainsi que les priorités pour les quelles la RDC devrait prendre en compte pour la période 2015-2030.

Ainsi le coordonnateur national de la CONEPT/RDC a renchérit pour expliquer qu’ il s’agit aussi là pour la société civile de voir comment impacter les cibles et les objectifs dans le cadre du forum, voir quels sont les niveaux des progrès , des succès et des échecs afin de permettre à  la société civile de continuer à réclamer que le gouvernement puisse honorer toutes ces promesses et de voir comment la société civile pourrait quand à elle participer au lobbying et au plaidoyer mondial sur l’éducation.

Angélique Cindy Mutombo la chargée de programme éducation à OSISA

Etant présente à cette pré-conférence, la chargé de programme éducation à OSISA, madame Angélique Mutombo a souligné  le souci pour son organisation à avoir une société ouverte en  soutenant notamment ce genre de  débats et les discussions  de la société civile par rapport à l’accès  et la qualité de l’éducation, discutions et débats qui à travers un vaste plaidoyer permettront  que tous les enfants et tous le monde puissent avoir accès à une éducation de qualité.

 La CONEPT

Ouverture du forum mondial sur l’éducation à Incheon.Comme annoncé par la Coalition Nationale de l’Education Pour Tous par son coordonnateur national Jacques Tshimbalanga lors de la conférence pré forum mondial organisé le 11 mai dernier dans la salle de réunion de l’Open Society Initiative for South Africa, se tiennent du 18 au 22 mai à Incheon en Corée du Sud, le forum mondial de l’éducation, forum auquel la République Démocratique du Congo est officiellement représenté par une délégation ministérielle, tandis que la société civile y est représenté par la CONEPT.

Comme prélude à ce grand forum, il a été organisé le 18 et le 19le forum des ONGs auquel a pris part la CONEPT avec d’autres organisations de la société civile de l’éducation de plusieurs pays.

Pourquoi ce forum des ONGs ? Pour convenir d’une vision collective de l’agenda d’action de l’éducation post 2015 et formuler des stratégies sur l’engagement effectif au sein du forum mondial de l’éducation 2015, de partager les connaissances et analyses relatives aux propositions actuelles sur l’agenda de développement pour l’après 2015 et s’entendre sur la manière de soutenir la finalisation de l’agenda et des objectifs de développement durable en septembre 2015 et enfin de forger des engagements et convenir des stratégies pour la participation de la société civile à la mise en application et le suivi de l’agenda de l’éducation post 2015.

Sous la présence du Sous directeur Général pour l’Education de l’UNESCO, Monsieur Qian Tang, la première journée de ce forum a été axé sur les discussions des participants ,sur le projet de cadre d’action pour 2015-2030 et sur le projet de déclaration finale du forum mondial sur l’éducation 2015, ainsi que sur la question de savoir si ces documents répondent aux préoccupations de la société civile en ce qui concerne l’éducation post 2015, notamment les modalités de mise en œuvre et de suivi mondiales, régionales proposées. Les participants ont ensuite discuté et se sont convenu des messages et stratégies essentiels de promotion par la société civile.

Préoccupations et sujets d’intérêt des participants au forum

Cependant  au cour de cette première journée, l’analyse des projets de cadre d’action et de la déclaration finale a soulevé plusieurs sujets d’intérêt et des préoccupations. Il s’agit notamment des sujets d’intérêt suivants : l’étroitesse des indicateurs mondiaux et thématique actuels présentés au Forum mondial sur l’éducation 2015 et à New York ;  le financement de l’éducation ou aucune mention de la nécessité d’investir au moins 4à 6% du PIB dans l’éducation et d’y consacrer 15 à 20% des dépenses publique n’apparait  ;par ailleurs à ce sujet, un consensus s’est dégagé pour demander aux gouvernement de prendre l’engagement de consacrer au moins 6% du PIB et de 20% des dépenses publiques à l’éducation. Un autre sujets concerne la tendance croissante à la privatisation et au profit en matière d’éducation qui doit être stoppée, la réduction d’une éducation de qualité à de bonnes notes dans les tests standardisées étroits qui menace la promotion de l’éducation en tant que droit de l’homme, la participation de la société civile pour laquelle il faudrait prévoir des créneaux et procédures institutionnalisées de participation à l’élaboration des politiques de l’éducation, la tendance croissante à la pénalisation des actes des militants et mouvements de l’éducation dans de nombreux pays qui doivent être stoppée , la nécessité de reconnaitre les causes profondes des conflits et de contester l’augmentation des budgets qui portent atteinte à l’éducation, la nécessité de mettre l’accent sur le problème de la violence, notamment la violence fondée à l’école et aux alentours, le futur programme de développement durable qui doit promouvoir un paradigme du développement fondée sur les droits de l’homme, le bien être, la dignité, et la justice et enfin, l’indivisibilité des droits et la centralité de l’éducation dans le cadre de la promotion de l’ensemble du programme des ODD qui doivent être soulignées.